Merci à Yves Grellier de nous accorder l’autorisation de publication.